Ärztehaus Kornwestheim Urologische Praxis Dr. med. Marc Armbruster & Kollegen

Vaso-Vasostomie microchirurgicale

Quelques généralités

En Allemagne, rappelons qu’environ 50,000 hommes par an se font vasectomiser, mais six pour cent entre eux regrettent ce geste et envisagent de retrouver la fertilité. C’est la méthode de choix pour pouvoir de nouveau avoir des enfants après avoir subi une vasectomie.
Elle s’appuie sur les taux de succès très élevés de la vaso-vasostomie microchirurgicale / VVS (on rétablit la continuité des deux canaux déférents sectionnés) ou la tubulo-vasostomie / TVS microchirurgicale (on raccorde directement à un petit canal épididymaire le segment périphérique de chaque canal déférent). Autre avantage, le taux de complication, est très faible par rapport aux autres techniques connues de fécondation artificielle.

La Vaso-Vasostomie se fait en ambulatoire sous anesthésie générale. Le patient peut prendre conge pendant un ou deux jours après l’intervention.
Afin de confirmer la reperméabilisation des canaux déférents, un examen microscopique du liquide séminal est recommandé après trois, six et douze mois suivant l’operation. Le taux de reperméabilisation après l’intervention est de 85-95 %, le taux de grossesse de la partenaire un an après l’intervention est de 60-70 %.

 

Préparation

Nous discuterons d’abord avec vous la procédure de l’intervention pour apprécier si la Vaso-Vasostomie est la méthode la plus appropriée. Nous vous interrogerons sur votre état de santé et effectuerons une brève visite médicale.
Une évaluation des chances de succès de l’intervention est également importante. La chance de grossesse après la Vaso-Vasostomie dépend aussi du délai écoulé depuis la vasectomie. Après tous ces éclaircissements, on vous demandera de signer un formulaire pour confirmer que vous avez bien compris le procédé ainsi que les risques qui peuvent en résulter.

Vous vous abstiendrez de prendre de l’aspirine ou des anti-inflammatoires cinq jours avant l’intervention et de l’alcool le jour-même. Il est également recommandé de raser le pénis et le scrotum la veille de l’intervention.

 

Traitement

Le canal déférent est un conduit très mince dans lequel les spermatozoïdes du « lieu de production », à savoir le testicule et l’épididyme, migrent vers l’urètre.
Il a un diamètre de trois à quatre millimètres environ, bien que la lumière effective (dite aussi couche centrale) dans laquelle les spermatozoïdes se déplacent ne mesure qu’environ 0,3 mm. La paroi est plus épaisse car musculeuse. Elle aide les spermatozoïdes à progresser vers l’urètre. Pendant l’intervention, le canal déférent est d’abord dégagé par une incision de la peau d’environ 3 cm. Le tissu cicatrisé du canal déférent qui avait été ligaturé est réséqué afin d’obtenir une tranche nette. Ensuite on vérifie la reperméabilisation du côté de l’épididyme, en examinant au microscope le liquide qui sort au niveau de cette tranche. L’intervention peut être poursuivie comme prévu si des spermatozoïdes sont observés. Dans quelques cas la stérilisation entraîne une augmentation de pression dans les petits canaux de l’épididyme, qui se rompent, causant une obstruction épididymaire en raison de la cicatrice. Dans ce cas le canal déférent est directement relié à l’un de ces petits canaux.

Grâce à des procédés microchirurgicaux très récents, le taux de succès est relativement élevé malgré ces structures très fines. Les deux canaux déférents sont ensuite recousus l’un à l’autre grâce à un grossissement oculaire x 10 à 40 au moyen de fils très fins, à peine visibles à l’œil nu.

 

Soins post-opératoires

Après l’intervention, on applique un pansement pour protéger la plaie. On recommande également de porter un suspensoir (« support scrotal ») pendant quinze jours. Des spermogrammes sont effectués à trois, six et douze mois, pour contrôler le succès.

 

Complications possibles

Le taux de complications est très faible si l’intervention est faite par un chirurgien entraîné dans la vaso-vasostomie ou la tubulo-vasostomie. Néanmoins, il y a parfois des infections de la plaie, des problèmes de cicatrisation et, plus rarement, des hématomes.

Quels sont les taux de succès?

Les taux de succès dépendent du délai écoulé après la stérilisation. Selon une statistique de l’American Society of Reproductive Medicine (ASRM) le taux de reperméabilisation au cours des trois premières années après la stérilisation est de 95 %, le taux de grossesse 75 %. Au delà de 15 ans, le taux de reperméabilisation est de 70 %, le taux de grossesse 30 %. La raison d’un taux de grossesse plus faible est lié aux facteurs de fertilité féminine (ex.: âge de la partenaire) qui jouent aussi un rôle décisif.